le méridien solaire

on ne raille pas l’artiste dont les erreurs sont manifestement calculées de longue date ; cependant l’histoire qui va se dérouler risque d’éventer le secret dont Le Hâbleur était le cérémonieux détenteur .

puissance , assurance , l’habileté et la connivence se forgent au long des ans de petites niches bien structurées au sein d’un être aux élans souvent dévastateurs

prenons Target, l’homme dont les gants se déploient à l’infini : un modèle inoxydable, une enveloppe cireuse et brune, qu’on dirait volontiers empruntée aux grenadiers qui se promènent encore parfois sous les murs des prisons toscanes…banales

c’est désormais sa tante , Ismene, qui déroule fiévreusement son long châle , sans même se détourner, sans même prendre garde à l’idole dont le regard perce chaque menu fragment de vie

les maîtres macabres , les instances assourdissantes, la marelle au pied du chanoine en bronze , tout est en place : l’ordre va bientôt arriver, l’ordre va bientôt libérer les invités devenus trop gênants pour une foule dont le seul regret serait de n’avoir pas su entendre au loin , trop au loin, l’accent mélancolique et méditatif du moine aux ailes dorées , zébrées 🙂

dans ce bain bouillonnant de vives couleurs s’échappent pour s’en aller rejoindre l’Arc altier….

refermons le cahier, crachons un bon jet juteux ,  là-bas

sur la chandelle ivre, le bonheur s’est levé

Publicités

Giselle on Film: A Bloke’s Tale

une expérience

Les Balletonautes

Albrecht encerclé (capture d'écran) Albrecht encerclé (capture d’écran)

The Royal New Zealand Ballet’s “Giselle,” now at a cinema near you in France (starting December 12).

As so often when I go to the movies, I don’t quite know what to expect after having been seduced by the trailer. Will I see a chopped-up version, where we’d cut back and forth between a performance and a modern-day retelling of this love triangle? A documentary à la Delouche? Tons of shots from all over the theater but especially from backstage and in the studio?

Instead, Toa Fraser’s film turns out to be most astonishingly straightforward. What we have here is mostly a “filmed before a live audience” testament to the Royal New Zealand Ballet dancing at top form. Sensitively filmed: Fraser makes the dancers look good and never cuts away at the wrong moment.

What I also didn’t expect: just an opening section and a…

Voir l’article original 575 mots de plus

Statue Of Jobim Inaugurated

au-delà …

Bossa Nova Breakfast Blog

Statue Of Jobim Inaugurated At Ipanema Beach

JobimStatue3Twenty years after famous Brazilian composer Antonio Carlos Jobim’s death, a statue in his honor was inaugurated in Ipanema. The statue of man who composed « The Girl From Ipamena » and many other classic songs from the Bossa Nova era stands on the shore at Arpoador beach, one of the master’s favorite spots.

The life-size sculpture was completed after six months of work by Christina Motta, the same artist who did the statue of Brigitte Bardot in Buzios, along with six others which stand in the same beach town. Motta told the media that she based Jobim’s look on a picture from the period of the composer’s greatest fame — the Bossa Nova period of the 1960s, during which he was working with co-composer and lyricist Vinicius de Moraes.

The inauguration took place in the presence of Jobim’s family, who approved of the statue…

Voir l’article original 98 mots de plus

Forsythe Company, Study #3 : Vues croisées…

ça recommence et le monde est en déroute , mais tant pis !

Les Balletonautes

ChaillotForsythe Company – Théâtre national de Chaillot. La soirée du 5 décembre commentée à trois voix.

« Comme avant, tout est différent »

J’y allais non pas à reculons mais avec une certaine appréhension. Après avoir largement pesté à propos des interprétations des ballets du grand Billy par le Ballet de Lyon, je craignais de ne pas trouver dans la génération actuelle de la Forsythe Company des danseurs à la hauteur de mes souvenirs ébahis aux beaux jours de la résidence au Châtelet. Je ne sais pas trop comment cela s’est passé, mais la dernière fois qu’il m’a été donné de voir des danseurs de Forsythe, c’était encore sous l’étiquette du Ballet de Francfort, ici même, à Chaillot. La compagnie présentait alors une pièce autour de La Mouette de Tchekov et One Flat Thing Reproduced, sans doute mon dernier contact en date avec une création moderne et inventive.

Et me revoilà…

Voir l’article original 1 681 mots de plus

La Source: une chorégraphie ennuyeuse, vraiment?

ouf !

Les Balletonautes

P1010032Souvent, je manque d’inspiration. Au retour d’un spectacle de danse, le vide me saisit, et la page reste blanche. Ma famille menace de me quitter, mes amis m’abandonnent, mon rédacteur-en-chef me fouette : rien n’y fait. À part ma chevelure qui s’allonge tandis que je mâche mon stylo, rien ne jaillit de ma tête enfumée.

Heureusement, il y a Roslyn Sulcas. La critique du New York Times écrit, sur le ballet de l’Opéra de Paris, des choses si surprenantes que les commenter me fournit, pour la 2e fois en quelques jours, tout le plan d’un article. Certains de ses commentaires sur La Source me font douter d’avoir assisté au même spectacle qu’elle. Jugez plutôt : elle y a vu des troubadours! Peut-être sont-ce les elfes quand ils jouent aux magiciens ? Elle assure aussi que le moment où Nouredda voit la fleur magique au centre de la scène est estompé…

Voir l’article original 832 mots de plus

Swan Lake à l’ENB : poussières d’étoiles

re -évolution …

Les Balletonautes

P1090166Swan Lake. English National Ballet. Théâtre du Coliseum. Représentations du 10 janvier en soirée et matinée du 11 janvier.

Le Lac des cygnes de l’English National Ballet est une production tellement classique qu’on a le sentiment qu’elle a été rachetée à une compagnie soviétique russe après l’effondrement de l’URSS. Tout y est. Les décors de toiles peintes néo-gothiques dans le goût des productions XIXe, les costumes aux teintes automnales et fanées,  un Rothbart tonitruant et gesticulant qui se roule par terre à la fin du IVe acte et j’en passe. Elle date pourtant de 2000.

La chorégraphie de Derek Dean pour le corps de ballet lors des « actes  de caractère » est somme toute interchangeable (dans la grande valse du premier acte les pas sont plaqués sur la musique). Les actes blancs ne sont guère plus satisfaisants. La chorégraphie pour 18 cygnes, 4 petits et deux grands (oui, on a le…

Voir l’article original 905 mots de plus

Favourite Shots # 36 – London

la vie…..toute simple

Tragicocomedia

3149 London

3148a London

3154 London London, June 6, 2006

This sequence of shots was taken in London, near Hammersmith if I remember correctly, but I could be wrong. I was visiting a friend of a friend in June 2006 and so the details are a tad sketchy. What I most certainly remember is this curious vista of neatly divided backyards before a railway viaduct and the ladies playing badminton over the fence. The scene was a touching reminder of the cultural diversity of London; the reality of ethnic minorities living directly under a railway seems such a European trope that it has an almost fictional, invented neatness about it.

What I love about this shot is the obvious happiness of the subjects and the clear joy they get from living next door to each other and being able to interact in this way. They’ve clearly put a lot of effort into their new gardens and seem…

Voir l’article original 125 mots de plus

Bebel Gilberto Sums Up Life’s Experiences on « Tudo »

Bossa Nova Breakfast Blog

Bebel Gilberto Sums Up Life’s Experiences on « Tudo »

From The Boston Globe: « Bebel Gilberto is a prolific assimilator. She was born into the first family of Brazilian pop, then shuttle between Rio de Janeiro and New York City as a child before finally relocating stateside in her 20s. She’s since crafted a personal style informed by her international view and the talents of many assorted collaborators.

Gilberto’s sound advances the Bossa Nova style of her parents’ generation into a contemporary milieu. She’s also recorded respectful but distinctive takes on well-known standards from her homeland, while proposing songs by the likes of Bob Marley and Neil Young for the canon. It makes sense that her latest album is called « Tudo, » which translates from the Portuguese as « all » or « everything. »

Read the entire feature on the The Boston Globe Website, and then tune-in to the Bossa Nova Breakfast to hear selections…

Voir l’article original 17 mots de plus